Entreprise

Nicolas Ribs - Magicien

C'est à Écully, près de Lyon, que nous avons rencontré Nicolas Ribs, magicien haut en couleurs qui a accepté de nous parler de sa passion devenue une activité professionnelle hors du commun.

Entretien

Bonjour Nicolas, et merci d'avoir accepté de nous accorder un peu de ton temps. Sans plus attendre, passons aux questions.

Pour commencer, une question inévitable : comment es-tu devenu magicien ?

C'est quand j'avais 16 ans, après un accident de sport qui m'a cloué chez moi pendant plusieurs mois, que j'ai commencé à pratiquer la magie. Ça a été la révélation. Alors, quand j’ai eu 18 ans et mon bac, mon père m’a demandé :

Tu veux faire quoi ?
- Je veux faire magicien.
- C’est non.

Du coup, j’ai fait une formation dans l’audition.

J’ai monté plusieurs boîtes, suis devenu chef d’entreprise, tout en continuant à pratiquer la magie pour faire marrer les copains !

En fait, l’idée de devenir magicien professionnel est venue complètement par hasard. Un jour, il y a une douzaine d'années, alors que je faisais un tour à des amis, quelqu'un m’a dit qu’il voulait me payer pour intervenir dans un évènement : en gros, on voulait me payer pour un truc que j’aime faire. Parfait.

Et c’est comme cela que je suis devenu magicien professionnel.

Peux-tu nous parler du métier de magicien, de la façon dont tu l'abordes ?

C’est un métier particulier, avec assez peu de concurrence, en fait. Probablement parce qu’en France, la magie a une image un peu ringarde ou enfantine. Alors qu’on parvient à faire croire des trucs qui n’existent pas !

Là, je m’inspire d’un spectacle de danse digitale que j'ai vu, c'était génial. C’est-à-dire que le danseur bouge en harmonie avec ce qui est projeté sur un écran placé derrière lui. Honnêtement, les effets étaient tellement excellents qu’à deux ou trois reprises j’ai cru qu’il était magicien en plus d’être danseur ! Du coup, je veux faire ça, ça m’inspire, et puis c’est hyper-moderne !

J’essaye de faire de la magie festive où les gens rigolent un peu, pour qu’ils se disent « on a passé un super moment, c’était top !». S’ils partent en pensant : « il m’a fait un truc, j’ai rien compris, je me suis senti imbécile », j’ai raté mon coup.

Il y a une grosse part d’improvisation dans ce métier, et les gens aiment quand je les fais monter sur scène : tu les conquiers, surtout quand tu fais un tour au grand patron : quand tu lui voles sa cravate et sa montre, les gens sont contents.

Et puis c’est excellent quand tu choisis la bonne personne, une avec laquelle tu sens un bon feeling, une qui vient sur scène avec le sourire et qui fait marrer l’assemblée. Cette personne devient mon meilleur associé sur scène.

Quelle facette de ton métier trouves-tu la plus intéressante ?

Ce que j'adore tout particulièrement, c'est le détournement d'attention, comme lors de numéros de pick-pocket.

Mais je suis aussi mentaliste : à force de voir comment les gens réagissent, tu deviens quasiment capable de lire dans leurs pensées.

Quand j’arrive vers un groupe, en 10 secondes, je sais exactement qui va faire telle remarque, qui va rigoler, qui va me dire telle blague, et à quel instant. Et j’en profite ! Les gens ne soupçonnent rien puisque ce n’est pas moi qui aie fait la blague. Sauf que je l’avais anticipée, et je peux « tricher » avec ça. Les gens réagissent tous de la même façon à certains mots ou situations-clefs.

Évidemment, on rencontre toujours des gens qui n’ont pas envie de se lâcher, pas envie de s’amuser ni de se détendre. Certains refusent tout simplement de se faire berner, c’est plus fort qu’eux, ça tient du défi intellectuel. Sauf que c’est mon métier, et ils n’ont aucune chance.

On sait comment le cerveau humain réagit. Quand on crée un tour, on pousse la personne à chercher la solution à tel endroit, et on sait qu’elle va chercher là. Et si la personne se dit : « Tiens, pour feinter, je vais chercher complètement à l’opposé », mais on l'aide en quelque sorte à vouloir chercher ailleurs, cela fait aussi partie du tour.

Ce qu’ils voient une fois, je l’ai fait 1000 fois. C’est comme un peintre qui peindrait 1000 fois le même tableau. Il finit par le maîtriser à la perfection.

Et c’est là où ça devient vraiment magique !

Ici, pas de trucages : le simple fait de parler avec eux me permet de les influencer et de les emmener là où je le souhaite. Bon, certains publics sont plus résistants que d’autres au mentalisme : les enfants, les gens imbibés ou ceux qui s’en fichent.

Le magicien est donc un pro de l'entourloupe ? :)

En fait, le magicien se sert des failles du cerveau.

Il y a une légende comme quoi les femmes sont multitâches. C’est faux, le cerveau humain est mono-tâche, point à la ligne. Quand on croit faire 2 tâches simultanément, en vérité on ne fait qu’alterner très rapidement entre l’une et l’autre. Et on se sert de cela en magie.

Parfois, je demande à quelqu’un de faire quelque chose : pendant qu’il le fait, s’il essaye de se concentrer sur autre chose en même temps, il perd forcément le fil. J’ai juste à lui poser une question : le temps qu’il réfléchisse à sa réponse, j’ai déjà triché sur autre chose.

Une petite anecdote à nous conter ?

Quand je fais une prestation sur-mesure, il m’arrive de ne pas faire mes numéros dans leur séquence habituelle.

La dernière fois, je faisais un tour de pick-pocket pendant lequel je dérobe une montre. D’habitude, je la rends à un moment bien précis. Mais comme j’avais interverti mes numéros, je me suis lancé dans autre chose en pensant que c’était bon, que la montre était rendue. J’ai donc fait tout mon numéro sans rendre la montre. Je l’ai volée, quoi.

Je suis sorti de scène et le directeur m’a dit : « Au fait, tu n’as pas rendu sa montre au monsieur. – Ah oui, exact ! ». Mais c’était marrant, je suis remonté sur scène 10 min après en disant que j’allais faire un petit cadeau à une personne de l’assemblée : tout le monde pensait que cela faisait partie du tour, alors que j’avais quitté la scène en oubliant complètement que la montre était toujours au fond de ma poche !

Et qu’est-ce qui t’a amené à utiliser Debitoor dans ton activité ?

Au départ, je faisais tout avec Word, mais ça m’a vite lassé de devoir trier toutes mes factures à la main. J’ai eu envie d’un logiciel de facturation un peu pro. J’ai trouvé Debitoor, j’ai essayé. C’était il y a 3 ans.

Même si je n’exploite pas tout son potentiel, je sais qu’on peut faire plein de choses avec Debitoor. Pour mon activité, c’est très bien : j’ai une liste de clients avec toutes leurs coordonnées, je fais mon devis, je le transforme en facture et je l’envoie par mail directement.

Et puis c’est pratique, avec l’appli pour iPhone, tu peux le faire de n’importe où. C’est super important pour moi de faire des devis sur smartphone et de les envoyer tout de suite.

La spécificité du monde de la magie, c'est il n’y a pas vraiment de concurrence alors qu'il y a des tonnes de boulot disponible !

Il m’arrive d’avoir des contrats simplement parce que quand on me demande un devis, je l’envoie immédiatement. Il m’est arrivé d’entendre « J’avais contacté 3 magiciens, et cela fait une semaine que j’attends leurs devis. Vous, Nicolas, je viens de vous contacter et vous êtes le premier à m’avoir répondu. ».

Bien sûr, pour les prestations sur mesure, c’est plus compliqué. Mais sur une prestation classique (un close-up), je n’ai qu’à copier une facture existante dans Debitoor.

Comment magie et entreprenariat se marient-ils ?

Même en tant que magicien, il faut avoir un côté commerçant. Tu peux être le meilleur magicien du monde, si tu ne sais pas te vendre, ça ne sert à rien. Et c’est un peu le problème de certains magiciens : ils ne sont qu’artistes, pas chefs d’entreprise. Tu leur demandes un devis, tu le reçois 6 mois plus tard !

Au niveau communication, il s’agit principalement de bouche-à-oreille. Et ça fonctionne bien, parce que je me déplace partout en France et en Europe.

Parfois, je participe à des formations pour des commerciaux force de vente, afin de leur enseigner les rudiments du détournement d’attention, leur apprendre à être attentif à leur client comme l’illusionniste est attentif à son public.

Depuis peu, je fais aussi de l’hypnose lors de mes spectacles. Du coup, dans quelques temps, j’aimerais m’essayer à l’hypnose thérapeutique. Et c’est ça qui est intéressant avec la magie : elle ouvre à une infinité de possibilités, dans tous les domaines !

Et pour conclure l'entretien, un petit tour ? ;)

Un grand merci, Nicolas !

Ta facturation très simplement