Lexique

Les termes comptables expliqués de manière simple

Plus de 100 articles pour les entrepreneurs et auto-entrepreneur

  1. Bénéfice brut
  2. Bilan fonctionnel
  3. Charge
  4. Comptabilité générale

Comptabilité de gestion - Qu'est-ce que la comptabilité de gestion ?

La comptabilité de gestion est une comptabilité d’exploitation interne à l’entreprise. Son but est d’informer les responsables des coûts et de la rentabilité d'un service ou produit.

Anciennement appelée comptabilité analytique, la comptabilité de gestion est un outil d'analyse facultatif mais extrêmement utile à l'entreprise. Voilà de quoi en apprendre davantage sur la comptabilité.

En effet, la comptabilité de gestion fait partie des deux grandes catégories de comptabilité d'entreprise :

  • comptabilité générale : destinée aux acteurs externes
  • comptabilité de gestion : destinée à une analyse en interne

Si tenir une comptabilité de gestion n'est pas obligatoire (contrairement à la comptabilité générale) cela se révèle très utile à l’entreprise pour connaître ses coûts et analyser sa rentabilité.

Ces deux types de comptabilité sont complémentaires : les informations utilisées dans la comptabilité de gestion proviennent essentiellement de la comptabilité générale.

Caractéristiques de la comptabilité de gestion

La comptabilité de gestion permet d’analyser les coûts par produit et/ou par fonction. Elle détaille les différents types de coûts (coûts directs et coûts indirects ou coûts fixes et coûts variables) intervenant lors de la production d’un bien ou service :

  • Coûts directs : directement imputables à la production d'un bien ou service donné
  • Coûts indirects : intervenant dans la production de plusieurs biens ou services
  • Coûts fixes : indépendants du niveau d'activité de l'entreprise
  • Coûts variables : varient conjointement, voire proportionnellement, au niveau d'activité

Cette comptabilité permet de relier les différentes ressources de l’entreprise aux produits et finalités de l’activité.

A travers la comptabilité de gestion, on peut déterminer la rentabilité d’un produit/service ou d’une fonction, et donc identifier les éléments performants et ceux qui ne le sont pas.

Cette analyse de coûts, puis de rentabilité, puis de performance, facilite alors la prise de décision et l’établissement de prévisions.

Orientée vers l’avenir, la comptabilité de gestion n’est pas une fin en soi mais un moyen. Elle sert au pilotage de l’activité de l’entreprise.

La comptabilité de gestion permet de calculer les coûts de revient.

En analysant les coûts et en les comparant aux gains résultant de l’activité, on peut déterminer rentabilité et performance pour les différents produit/services et fonctions de l’entreprise.

Avantages de la comptabilité de gestion

La comptabilité de gestion permet de :

  • Connaître les coûts des différentes fonctions et activités de la société
  • Analyser les résultats en calculant les coûts de production et en les comparant aux prix de vente
  • Etablir des prévisions de charges et de produits
  • Comparer les prévisions aux réalisations
  • Expliquer les écarts éventuels entre prévisions et réalisations
  • Contrôler plans et budgets

C’est un outil stratégique pour les moyennes et grandes entreprises.

Pour une très petite structure, la tenue d’une comptabilité de gestion a moins d’intérêt.

Comme elle n’est pas obligatoire, elle n’est pas encadrée par des normes précises, et s’avère donc flexible et adaptable en fonction des besoins et souhaits de l’organisation qui la met en œuvre.

Principales méthodes de comptabilité de gestion

La comptabilité de gestion regroupe un ensemble de méthodes, les plus importantes étant au nombre de 4 : méthodes des coûts complets, des coûts variables, coûts directs et coûts standard. En voici un aperçu :

La méthode des coûts complets

Dans la méthode des coûts complets, il s’agit de rapprocher les produits vendus de leur coût de revient.

Cela facilite la prise de décision lors de la détermination du prix de vente d’un produit.

On décompose l’entreprise en centres de production de produits et pour chacun, on met en relation le coût total de production et le gain réalisé suite à la vente du produit ou service.

La méthode des coûts variables

Ici on tient compte uniquement des coûts qui sont directement induits par l’activité productive, et non de la totalité des coûts.

C’est-à-dire que les coûts diminuent si l’activité productive de l’entreprise diminue et augmentent en cas d’accroissement de l’activité.

Cette méthode des coûts variables, simple à mettre en pratique, permet d’identifier le seuil de rentabilité.

Le seuil de rentabilité est le degré d’activité à partir duquel l’entreprise commence à réaliser des bénéfices et donc à devenir profitable.

L’inconvénient est que tous les coûts supportés ne sont pas intégralement pris en compte dans l’analyse.

La méthode des coûts directs

Cette méthode des coûts directs remédie à l’inconvénient de la méthode des coûts variables, et permet donc de déterminer le seuil de rentabilité avec davantage de précision.

Ici, on tient compte à la fois des coûts variables et des coûts fixes, c’est-à-dire les coûts qui ne varient pas conjointement avec le niveau d’activité.

Le calcul est un peu plus compliqué qu’avec la méthode précédente.

La méthode des coûts standards ou coûts pré-établis

Ici, on détermine les coûts qui seront supportés avant la production. Après la production, on compare les coûts prévus aux charges qui ont effectivement été supportées.

Les écarts feront ensuite l’objet d’une analyse. Par cette méthode des coûts standards, on peut calculer des marges, des prévisions et des budgets.

Elle est utile à des entreprises qui proposent une large gamme de produits. En revanche, la saisie et le traitement des données sont lourds.

La méthode ABC - Activity Based Costing, comptabilité des coûts par activité

Par cette méthode ABC, on prend en compte le coût de revient par produit/service en considérant tous les processus et activités nécessaires à la production de celui-ci.

Les diverses charges sont réparties transversalement, entre les différentes activités mises en œuvre par l’entreprise.

D’abord on rapproche les ressources engagées aux activités réalisées ; ensuite on rapproche ces activités réalisées aux produits.

Cette méthode donne des résultats réalistes mais peut s’avérer difficile à utiliser.

Ta facturation très simplement Debitoor by SumUp